[Chronique] - L'instant présent - Guillaume Musso

L'instant présent – Guillaume Musso
XO Édition
Année Publication : 2015
Public Adulte
Genre : Contemporain
Nombre de pages : 363 



Note : 4/5

Résumé :

Lisa et Arthur n'ont rendez-vous qu'une fois par an.Il passe sa vie à la chercher...... elle passe la sienne à l'attendre.
Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d'art dramatique, elle travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d'Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate.Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n'offre aucun répit, elle prend tous les risque. Mais Arthur n'est pas un homme comme les autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l'aimer :« Ce qui m'arrive est inimaginable, et pourtant bien réel... »Dans un New-York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.



Que dire ?
J'adore de plus en plus le style Musso.
Il arrive si facilement à accrocher le lecteur et le garder avec lui jusqu'à la dernière page.
Guillaume Musso est l’exception à ma règle de sélection. Je n'ai pas lu la première page avant de l'acheter. Je l'ai vu. J'ai sauté sur place et remis en place le magazine de déco que je voulais acheter au départ.
Mais je vais tout de même vous donner l'extrait de la première page parce que je suis gentille.


Extrait de la première page :

1971 
_ N'aie pas peur, Arthur. Saute ! Je te rattrape au vol. 
_ Tu... Tu es sûr, papa ? 
J'ai cinq ans. Les jambes dans le vide, je suis assis sur le plus haut lit superposé que je partage avec mon frère. Les bras ouverts, mon père me regarde d'un œil bienveillant. 
_ Vas-y, mon grand !_ Mais j'ai peur... 
_ Je te rattrape, je t'ai dit. Tu fais confiance à ton père, hein, mon grand ? 
_ Ben oui... 
_ Alors, saute, champion ! 
Pendant quelques secondes encore, je dodeline de ma tête rond. Puis, avec un large sourire, je m'élance dans les airs, prêt à m'accrocher au cou de l'homme que j'aime le plus au monde.Mais au dernier instant, mon père, Frank Costello, recule volontairement d'un pas, et je m'étale de tout mon long. Ma mâchoire et mon crâne heurte douloureusement le parquet. Sonné, il me faut un moment pour me relever. J'ai la tête qui tourne et l'os de la pommette enfoncé. Avant que je fonde en larmes, mon père m'assène une leçon que je n'oublierai jamais : 
_ Dans la vie, tu ne dois faire confiance à personne, tu comprens, Arthur ? 
Je le regarde, terrifié. 
_ A PERSONNE ! Répète-t-il avec un mélange de tristesse et de fureur contre lui-même. Pas même à ton propre père ! 

Cet extrait me fait penser à une vidéo sur Youtube. Où un père encourage son fils à sauter tout en lui faisant confiance et le laisser s'écraser au sol comme une m**** et dire à la caméra de ne jamais faire confiance à qui que ce soit.
Cette vidéo aurait-elle inspiré monsieur Musso ?
En tout cas, cela fonctionne pour intriguer le lecteur et l'encourager à tourner la page. 


On retrouve Arthur et son père quelques années plus tard. Ce dernier invite son fils à une après-midi pêche. Ce n'est qu'une ruse pour l'entraîner au 24 Winds Lighthouse, un phare que le grand-père d'Arthur avait acquis en 1954. Le père d'Arthur le lui laisse pour seul héritage et lui fait promettre de ne JAMAIS le revendre et surtout de ne pas abattre le mur qu'il a monté dans la cave. Ceci à la demande expresse du grand-père depuis lors mystérieusement disparut.


Arthur accepte.
En faisant l'état des lieux, il remarque des outils neufs et devine que c'est son père qui les lui a acheté pour l'encourager a, tout de même, démolir le mur et ainsi découvrir le secret du phare.
Il entreprend la démolition dans la chaleur humide de la cave. Par malchance, il sectionne deux tuyaux d'eau ce qui l'oblige à se dévêtir. Une fois l'arrivée d'eau coupée et en caleçon (et oui, c'est tellement classe de démolir un mur en caleçon à pois rose. Si, si, si.), il poursuit son ouvrage et découvre une porte avec une inscription latine sur une plaque. Fébrile, il ouvre la porte et ne trouve qu'une minuscule pièce poussiéreuse. Déçu, il veut faire demi-tour, mais là la porte se ferme et il est pris de vertige. Il tombe et fait une chute interminable.

Quand il se réveille, il se trouve dans une église au milieu d'une foule outrée.
Mais, où est-il ?
Il devrait plutôt se demander : « Mais merde, QUAND est-il ? ». 


Il est dans le futur. Un an dans le futur pour être exact.
Et c'est là que l'intrigue commence !

Commence se fait-ce ? Une amnésie ? Sûrement, c'est une réponse logique et scientifiquement prouvable. Mais voilà que vingt-quatre heures après son réveil, rebelote, il est de-nouveau repris de vertige et se réveille ; cette fois, dans la douche d'une demoiselle (qui l'assomme joyeusement).
Il a fait un nouveau bond dans le temps.

Que lui arrive-t-il ?
Et si son grand-père en avait la réponse ?
Lui aussi avait mystérieusement disparut après avoir acheté le phare.
Mais voilà, le vieil homme est à dans un asile. Peut-on se fier à ce genre de personne ?
Chaque page de ce roman est un régale.
Avec Arthur, on suit l'avancée du temps.
Plus les années passent dans le roman et plus je me surprends à me rappeler ce que j'ai fait cette année là.

1992. Ah ! J'avais 2 ans à l'époque. Trop jeune pour avoir des souvenirs clairs.
Si je me force, la seule chose dont je me souviens c'est d'une de mes maîtresses d'école, en pré-maternelle, qui me grondait. Pourquoi ? Pas la moindre idée.

1997. Là, je suis entrée en primaire. (Pour mes amis Français, je ne sais pas très bien quel est votre équivalent. Vous en êtes où à vos 6-7 ans au niveau scolaire?)

2000. Les gens qui annonçaient la fin du monde. Bizarrement, je ne m'en souviens que par les moqueries de mes parents sur le sujet.

2001. Les attentats du 11 septembre dans le livre et là aussi, je me souviens.
Je me souviens très clairement du moment où j'ai appris l'effondrement des Tours Jumelles.
J'avais allumé la télévision pour regarder le Bigdil et au lieu de Vincent Lagaff sur l'écran, je voyais un avion s'encastrer dans une grande tour.

2012. Etrangement, on ne parle pas de la prédiction des Mayas. Dommage =)
Et ainsi de suite jusqu'en 2015 où l'on découvre LA vérité ! Le dénouement à la Musso.
En bref, c'est un nouveau Musso que j'ai dévoré en deux jours. Comme la plupart des autres lecteurs et lectrices, d'ailleurs. Il est tellement addictif qu'il est presque impossible de le lâcher.
Je vous le conseille vivement ! Vous ne le regretterez pas !

Au niveau de la couverture :

J'A-DO-RE !
Elle est tellement différente des couvertures dont nous avons l'habitude. Elle est graphiquement moderne, on voit beaucoup d'affiches dans le même genre.
Et quand on avance dans l'histoire, on comprend le pourquoi de cet aspect.
Ce n'est pas une folie créative de la part de l'illustrateur. Bravo !

En bonus, une photo avec un invité.

Salut Monsieur Chat!

L'instant présent sur Amazon

Vous aussi vous avez chroniqué L'Instant Présent? Dites le moi et j'ajouterai votre chronique au liens!

Commentaires

  1. Je viens de terminer Central Park de Musso et j'ai été très déçue! Du coup, je vais attendre un peu avant de me lancer dans celui-là :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que Central Park n'est pas l'un de mes préférés chez Musso. Mais, L'Instant Présent est vraiment mieux, je trouve. En tout cas, je ne l'ai pas lâcher pendant deux jours.

      J'espère qu'il te plaira!

      Supprimer
  2. Kikoo.

    J'ai bien aimé ce livre, j'ai adoré les supports journalistiques, cinématographiques et musicaux durant toute la lecture. Mais la fin m'a un peu déçue. Je m'attendais a autre chose...

    Je vois que tu as le même âge et que tu viens de Belgique ? idem pour moi :-D
    Bisous

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire